La course de la flamme

Comme en réponse à un signal invisible, ils dévalent en courant les flancs du pic Roi.

Leur mission a commencé avec le lever du jour. Ils arrivent au Col de Millères où des dizaines de jeunes gens venus de loin: Paris,Strasbourg,Gérone,Barcelone,Valence…

De main en main, de lampe tempête en lampe tempête, la flamme vole: Elle se transmet et avec elle son cortége d’émotion et d’amour, d’histoire et d’avenir. On est tenté de plagier le proverbe: Plus je partage la flamme plus elle se multiplie. La gigantesque chaîne des feux commence à forger un à un ses maillons.

Feu sur terre, dans les airs et sur la mer: durant toute la journée du 23 juin, elle court. Rien ne peut l’arrête. De l’avion à la moto, des chevaux aux coureurs à pied, elle emprunte tous les moyens mis à sa disposition; qu’importe le moyen, pourvu qu’elle arrive. Elle semble donner des ailes et une ferveur nouvelle à ceux qui la transportent: Les contingences matérielles s’abolissent et il ne reste plus que son message, celui qu’elle adresse à tous les hommes.

Sur terre et sur mer, c’est un immense relais humain qui se transmet la flamme, une chaîne fraternelle tissée de la bonne volonté de tous pour que cette flamme fragile embrase dans sa course les coeurs de millions d’hommes .

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.